Hello-o!
Vote du 14 Octobre donné.
Regardez votre gain!!
Voteur de la Semaine :
Gokushi!
Nous recrutons à bras ouverts!
Graphiste; Codeur/euse;
Animateur/trice; Et encore!
Lisez le topic pour plus d'info'.
Beaucoup de disponibilité pour
plusieurs rang haut placé.
Soyez un valeureux Gardien
ou créer votre propre groupe!


Situé en 2060, où toutes les familles que l'on connaissait ont été détruites par un terrible fléau. Une nouvelle ère se lève encore une fois.
 

Rencontre autour d'un jus de fruit et d'un soleil brûlant [w/ Artémis Uccellonero]

 :: # Néant # :: # Territoire des Corenzo # :: Villes Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 15 Sep 2018 - 0:30

~


Feat. Crei


-----------------------------------------------

Après son tir victorieux, a jeune femme, depuis sa lunette de tir, observa le combat avec intérêt, cherchant les moments où elle pourrait supporter son coéquipier. Il se révéla qu'en réalité, elle était un peu inutile, il se débrouillait très bien sans elle. La jeune ne faisait que de regarder, et d’admirer aussi ses capacités de combat. Eh ben. Si tout à l'heure elle avait engagé le combat qu'il voulait entreprendre, ses chances de survie étaient fines, voir quasiment nulles. Elle sourit lorsqu'elle un dindon sortir d'une des boites du blond. Un dindon. Elle ne trouvait pas ça ridicule, bien sûr que non (enfin, un tout petit peu), mais un peu décalé. Comme le décalage entre la tenue de touriste qu'il portait et l'image effrayante d'un gars voulant se battre. C'était le même niveau. Elle ne put s'empêcher de pouffer un peu lorsqu'elle vit avec quelle ardeur l'oiseau attaquait l'homme armé de sa kalasnikov. C'était drôle à voir. N'empêche que ça devait faire bien mal de se prendre des coups de bec électrisés.

Lorsque le combat fut terminé et qu'une armée de petits Corenzo et de secouristes déboulèrent dans les rues, Artémis rangea son arme et sortit son corbeau de sa boite. Avec tous ce monde, elle n'était pas sûre qu'elle retrouverait Creiseau, même si celui-ci était installé sur une voiture, elle ne voulait pas perdre de temps à le chercher. Étant petite, les gens lui boucherait la vue. Et puis, elle était sûre qu'il l’attendrait le temps qu'elle redescende de son immeuble. Une fois que l'oiseau plongea en douceur vers le Corenzo, elle entreprit de faire le chemin inverse, sans se demande une seconde si ça avait été une bonne idée d'envoyer son petit chou. Normalement il se tiendrait juste au dessus de  Creiseau (de façon à ce qu'elle puisse le voir directement), sans avoir un comportement virulent à l'égard du gardien.  

Elle mit quelques bonnes minutes avant d'arriver en bas. En arrivant à l’entrée de l'immeuble elle se faisait discrète avec tous les représentants de l'ordre sur place. Elle était un peu mal à l'aise. Après tout, c'était une voleuse. Comment pouvait-elle être parfaitement bien entourée de tout ces gens ? Du regard, elle se focalisa sur la recherche de son oiseau.

Indépendante
*Criminelle*
L’oiseau Noir
avatar
Féminin
RP en Cours : Aucun
Double Compte : Noah

Fiche de Personnage
Flamme(s): Ciel[B+]
Réserve de Flamme:
350000/350000  (350000/350000)
Réputation:
3/100  (3/100)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 19 Sep 2018 - 15:11
Creiseau inspira une grande bouffée de tabac brun. Cigarillo aux lèvres, il dégrafa son bouclier et le posa négligemment contre la voiture sur laquelle il était assis, où son fusil le rejoignit rapidement. Paul, quant à lui, glougloutait calmement non loin, picorant parfois le sol. Une équipe de Corenzo vêtus de gilets tactiques bleus arrivèrent dans sa direction.

Ils étaient visiblement sur leur garde, craignant sans doute qu’un ennemi supplémentaire ne soit caché dans les environs ; arrivés au niveau du gardien, ils s’arrêtèrent. L’allemand, qui continuait à fumer nonchalamment sur son capot, ne put s’empêcher de sourire en voyant l’air médusé de ses subalternes, qui ne s’attendaient de toute évidence pas à un tel tableau. Le meneur reprit cependant ses esprits et toussota pour ramener ses hommes à la raison.

Merci pour cette intervention rapide, monsieur, lança-t-il à Creiseau. Nous allons prendre le relai à partir d’ici.

L’intéressé hocha la tête. La troupe de choc interpréta la conversation comme un signal leur indiquant de faire le ménage. Ils traînèrent les prisonniers hors de la zone sans ménagement, après avoir stabilisé l’hémorragie du malfrat à l’épaule explosée.

Quand je suis arrivé, l’une des nôtres était en difficulté. Vous l’avez récupérée ?

Oui, elle s’est enfuie vers nous. Le reste de son équipe n’a pas eu cette chance, répondit l’homme en se grattant le cuir chevelu.

Creiseau grogna. Il se questionnait sur l’identité des fils de pute qu’il venait d’abattre ; néanmoins, sans plus d’informations, il était incapable d’émettre la moindre hypothèse concluante. Leurs armes à feu constituaient la seule piste digne de ce nom ; après examen, toutes étaient issues de la lignée kalashnikov, ce qui pourrait indiquer une origine russe au commando. Il secoua la tête.

Pour cette fois, il laisserait l’enquête aux autres ; il préférait se décharger de l’enquête et retrouver Artémis. Il adressa un dernier merci au Corenzo pour lui signifier que la conversation était terminée et chercha la jeune femme du regard. Une foule dense de secouristes, mafieux, policiers et riverains s’était formée tout autour, occultant le champ de vision du gardien.

Un croassement lui fit lever les yeux. Dans le ciel volait un corbeau, qui laissait derrière lui une traînée de flammes, dont il ne pouvait pas déterminer la couleur à cause du soleil ambiant. Cependant, il pouvait voir que l’animal décrivait des cercles autour de lui. «Probablement celui d’Artémis», jugea-t-il. Il renonça donc à l’abattre, bien que le règlement Corenzo soit très strict à ce sujet. Il se contenta plutôt de sortir un paquet de graines de sa boîte de stockage, avant d’en donner une bonne moitié à Paul, qui glouglouta de plaisir en se dandinant dans sa direction. Il disposa le reste du sachet au sommet de la voiture sur laquelle il était assis et siffla à l’intention du corbeau.

Il rangea ensuite son matériel, retournant à ses habits de touriste allemand, et écrasa le mégot de son cigarillo dans le cendrier de la voiture sur laquelle il était assis, au travers du pare-brise défoncé. Le gardien jeta ensuite un rapide coup d’œil à son téléphone. Puis il s’allongea complètement, bras croisés derrière la tête, et attendit Artémis.
Corenzo
¤Guardiano della Fulmine¤
Humeur noire
avatar
Masculin
Citation : «Citation»
RP en Cours : Avec Detaro, Artémis, Noah et… vous?
Double Compte : Nyet ?

Fiche de Personnage
Flamme(s): Foudre (A)
Réserve de Flamme:
600000/600000  (600000/600000)
Réputation:
10/100  (10/100)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 4 Oct 2018 - 19:46

Titre


Feat.


-----------------------------------------------


Son regard bleu profond plongé dans un ciel de la même couleur, elle repéra bien vite le pelage noir de son oiseau, contrastant avec la couleur claire de l'horizon. Elle le vit voleter en rond un bon moment avant de disparaître de son champs de vision. Elle soupira. Finalement, son idée avait été presque bonne : la jeune femme n'avait pas prévu qu'il joue à cache-cache. Il devait être attiré par des choses intéressantes. De toute manière, cela n'avait que peu d'importance, elle avait localisé, plus ou moins, l'endroit où le blond semblait être. Loin d'en vouloir à Vulcain, elle se mit à marcher d'un pas peu assuré. Avancer dans la foule de personne fut une chose compliquée. Surtout que la sensation de ne pas être à sa place se renforçait encore plus au fur et à mesure qu'elle croisait des membres des forces de l'ordre. Elle avait hâte de retrouver Creiseau. Une pensée, stupide, la fit à moitié sourire. Elle n'aimait pas être avec des membres des Corenzo, mais apparemment trainer avec Iryu et Creiseau ne lui posait aucun problème, alors qu'elle venait juste de rencontrer ce dernier. Elle avait même usée de sa flamme en sa présence. C'était étrange. D'une certaine manière, elle sentait qu'il était une personne de confiance.

« Excusez-moi, vous ne pouvez pas aller plus loin. »

La jeune femme sursauta. Un homme d'une trentaine d'année, aux couleurs vives des Corenzo, lui barrait le passage. Elle le regarda sans comprendre, en penchant la tête sur le côté.

« C'est une scène de crime. Les civils ne peuvent pas entrer.
-Ah...Heu... Je suis avec Creiseau. »

Prononcée avec une hésitation audible, la jeune demoiselle ne savait pas si l'allemand était suffisamment connu pour qu'elle passa sans problème. Elle ne s'attendait pas à voir une expression de surprise peinte sur le visage du Corenzo. Tiens ? Il l'était ?

« Si vous le connaissez, pouvez-vous me mener jusqu'à lui ? »

L'homme hocha la tête. Ensemble, ils passèrent à travers les gens. Enfin, plus précisement elle le suivait de près tandis qu'il la guidait. Il arrivèrent finalement à l'endroit. L'allemand les surplombait, allongé sur la carcasse d'une voiture. Il semblait prendre le soleil. La demoiselle se demandait s'il n'avait pas trop chaud à être exposé ainsi aux rayons brulant de l'astre jaune. Elle siffla à l'attention dans son corbeau et tendit le bras vers lui pour qu'il vienne se poser dessus. L'oiseau cessa de picorer les graines offertes et rejoingnit vivement sa maitresse. Elle le caressait lentement, appréciant la douceur de ses plumes noires.

"Merci de m'avoir accompagnée jusqu'ici m'sieur! "

Elle remercia l'homme d'un sourire, signifignant qu'il pouvait les laisser maintenant. Néanmoins, l'homme ne bougea pas, incertain de la démarche à suivre.
Indépendante
*Criminelle*
L’oiseau Noir
avatar
Féminin
RP en Cours : Aucun
Double Compte : Noah

Fiche de Personnage
Flamme(s): Ciel[B+]
Réserve de Flamme:
350000/350000  (350000/350000)
Réputation:
3/100  (3/100)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 10 Oct 2018 - 8:29
Allongé sur le capot de la voiture, Creiseau prenait un bain de soleil. Ou plutôt, il feignait de le faire, laissant en réalité s’évaporer la transpiration qui recouvrait l’intégralité de son corps ; peu habitué à ce genre de climats, le lourd ensemble de protections de l’allemand l’avait condamné à avoir chaud. Et de fait, il avait l’impression d’avoir couru un marathon ; s’il avait réussi à conserver les apparences devant les traqueurs qui s’étaient rapidement massés autour de lui, il était désormais forcé de se reposer un peu.

La vision qu’il offrait était assez décalée par-rapport à l’environnement catastrophé ; Paul picorait paisiblement ses graines en glougloutant doucement près d’un tas de douilles, tandis que le gardien se reposait sur une voiture dont le pare-brise avait été défoncé par l’échange de balles. ddddd

Un bruissement d’ailes, au-dessus de Creiseau, attira son attention ; il leva les yeux juste à temps pour voir une tâche noire fondre juste derrière lui. Le corbeau se posa sur la carrosserie avec aisance, le métal tintant sous ses serres. Maintenant qu’il était près de lui, l’allemand pouvait déterminer la flamme qui lui était affiliée ; il se retourna sur son divan improvisé. Il fronça d’abord les sourcils, car cette couleur ne lui était pas familière ; puis sa surprise fut grande lorsqu’il constata qu’il s’agissait d’une flamme du ciel.

Il n’en n’avait pas vu beaucoup, au cours de sa vie ; en fait, il n’en n’avait même vu qu’une seule et il s’agissait de celle de son parrain. Il reprit rapidement contenance. Un sourire éclaira son visage. Creiseau pouvait désormais mettre le doigt sur ce qui lui plaisait chez Artémis ; elle lui rappelait, un peu, Ren. Le corbeau le regarda avec un air indéfinissable ; puis il se mit à picorer. L’allemand retourna à son occupation précédente : ne rien faire.

C’est à ce moment-là qu’arriva la jeune fille, accompagnée par un traqueur. L’oiseau noir cessa de picorer et regagna le poignet de sa maîtresse, qui flatta son plumage.

– Merci de m'avoir accompagnée jusqu'ici m'sieur !, remercia-t-elle son guide.

Celui-ci, se tint, immobile, à côté de ce que le manuel Corenzo définissait comme «un élément perturbateur étranger à une scène d’attention». Il ne devait pas être totalement sûr de la marche à suivre, bien qu’il se soit montré suffisamment souple sur le règlement pour l’accompagner jusqu’ici. L’allemand lui adressa un bref signe de la tête pour lui signifier que tout était en règle, puis sauta de son capot, pendant que l’autre Corenzo tournait les talons et s’éclipsait rapidement.

Tout va bien ?, s’enquit Creiseau auprès d’Artémis. Joli oiseau, continua-t-il en pointant l’intéressé.

Il hésita un instant à poursuivre. Lui-même n’était pas sûr de la démarche à adopter face à un utilisateur de la flamme du Ciel. «Bah, on s’en fout», maugréa-t-il intérieurement ; il était fatigué, il avait chaud et, surtout, il avait soif.
On va le boire, ce soda ?, lança-t-il à la jeune fille en se dirigeant vers le reste de la ville.
Corenzo
¤Guardiano della Fulmine¤
Humeur noire
avatar
Masculin
Citation : «Citation»
RP en Cours : Avec Detaro, Artémis, Noah et… vous?
Double Compte : Nyet ?

Fiche de Personnage
Flamme(s): Foudre (A)
Réserve de Flamme:
600000/600000  (600000/600000)
Réputation:
10/100  (10/100)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Reborn RPG : A New Destiny :: # Néant # :: # Territoire des Corenzo # :: Villes-
Votez !

_________

Recrutement Staff
Familles/Groupes
Statistiques
Missions
Flammes
Carte