Hello-o!
Vote du 14 Octobre donné.
Regardez votre gain!!
Voteur de la Semaine :
Gokushi!
Nous recrutons à bras ouverts!
Graphiste; Codeur/euse;
Animateur/trice; Et encore!
Lisez le topic pour plus d'info'.
Beaucoup de disponibilité pour
plusieurs rang haut placé.
Soyez un valeureux Gardien
ou créer votre propre groupe!


Situé en 2060, où toutes les familles que l'on connaissait ont été détruites par un terrible fléau. Une nouvelle ère se lève encore une fois.
 

La solitude d'un soir de décembre

 :: # Néant # :: # Territoire des Accieri # :: Villes Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 17 Déc 2017 - 11:41

La solitude d’un soir de décembre

I

l neigeait.
Détail incongru aux yeux des rares passants, qui ne daignaient accorder regard à cette eau gelée qui tombaient des nuages en volant. Elle recouvrait absolument tout, s’accrochant aux parois des immeubles, gelant les vitres des magasins fermés et s’entassant petit à petit sur les trottoirs français. Sur une vieille église, vestige du passé, l’on pouvait y voir les aiguilles de fer rouillé avancer. Les rues se vidèrent aussi, jusqu’à y laisser un sombre silence, brisé quelques fois par des voitures roulant trop vite pour le cadre paisible.

Noah déambulait dans les rues, appréciant ce doux tableau que lui offrait, une fois n’est pas coutume, sa chère ville. Il n’y avait personne, absolument personne. Seul ses pas faisaient écho sur les trottoirs pavés, le son résonnait dans la nuit, et se perdait quelques secondes après. Le froid hivernal le revigorait tout entier, chassant tout ensommeillement passager qui aurait pu le surprendre. Pourtant, sa journée avait été on ne peut plus longue et fatigante, au point que son travail lui avait paru interminable et embêtant.

Pour une fois, il laissa son imagination prendre le dessus. Sa rationalité, il l’avait mise dans un coin de son cerveau, et seul un dérangement pouvait à nouveau faire sortir ce trait de personnalité. Il se frotta ses mains pour se réchauffer, elles étaient rougies par le froid. Puis il remonta son écharpe pour ne pas respirer un air trop frisquet et les rangea dans les poches de son manteau. Il était comme un fantôme en ses lieux, tel un chevaucheur de songe. D’ailleurs, il était certain d’être invisible à l’acuité humaine. Vêtu tout de blanc immaculé, seul son œil rouge écarlate et sa chemise améthyste coloraient cet étrange tableau.

L’albinos s’assit sur un banc, à l’abri sous un arbre, posant sa fidèle lame à proximité. Pour l’instant, il ne désirait pas rentrer. S’adossant contre le dossier du banc, et en étirant les jambes, le jeune homme observa le ciel chargé de nuages noirs. Toute cette neige, ce silence et cette solitude le mirent dans un état de quiétude, et de mélancolie. Ce temps qu’il avait autrefois, enfant, tant aimé, s’emplissait à présent d’un goût amer. Cette saison s’était inévitablement associée à la mort. Il ferma son œil et soupira, nostalgique d’un temps perdu.

Il était deux heures, un matin de décembre et la neige continuait inlassablement sa descente du ciel.


Accieri
~Mechanicien~
Le Magicien
avatar
Masculin
Citation : "Les hommes meurent et ils ne sont pas heureux."
RP en Cours : 1
Double Compte : Artémis Uccellonero [B+, Ciel]

Fiche de Personnage
Flamme(s): Aucune
Réserve de Flamme:
500/500  (500/500)
Réputation:
10/0  (10/0)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 25 Déc 2017 - 20:28
Creiseau avala une lampée de café. À un degré en-dessous de zéro, deux heures du matin et trois heures de vol de chez lui, il déambulait dans des rues étrangères, mais pas étranges.

Il découvrait la France pour la première fois dans avec cette ville, qui n’était pas si différente de la sienne. La même neige, les mêmes voitures. La même absence de vie, loin des bars, loin dans la nuit. C’est sans doute ce qu’il appréciait le plus dans les patrouilles nocturnes ; la tranquilité. Ce paysage, qui semblait en tout en nuances de gris, lui procurait la sensation irréelle d’être seul au monde. Il était, dans ces moments-là, le roi de la ville ; au regard de son grade et sa puissance, c’était d’ailleurs souvent le cas.

Cependant, ici, c’est le silence qui régnait en maître absolu ; l’allemand n’était pas à sa place et il le savait. Quelque part ici rôdait une famille mystérieuse, qui voulait sûrement sa peau. Les Corenzo, aux abois après avoir perdu trois de leurs territoires, l’avait envoyé pour ouvrir l’enquête. Alors, il ouvrait l’œil.

Des contacts, au pays, lui avaient conseillé de commencer ses recherches ici. Pour maximiser ses chances de rencontrer quelqu’un susceptible de l’informer, il avait laissé la voiture qu’il avait louée de côté aussitôt qu’il s’était approché de la zone.

À cette heure-ci, les seuls individus qui se trouvaient dehors, selon sa propre expérience, étaient des étudiants qui rentraient de soirée, ou des gens qui vivaient la nuit. C’est bien évidemment ces derniers qui l’intéressaient.

Creiseau fendait le rideau de neige qui tombait du ciel, scrutant partout dans l’atmosphère cotonneuse pour dénicher quelqu’un, ou quelque chose, ou quoi que ce soit, qui pourait l’aiguiller. Mais les rues se succédaient et les elles se refusaient à le laisser satisfaire sa curiosité. Elles étaient vides.

Heureusement pour lui, le gardien ne craignait pas autant le froid que la chaleur ; au contraire, il se délectait des températures fraîches. Il n’était pas pressé, non plus. S’il ne trouvait pas ici ce soir, ce serait ailleurs demain. Ou autre part, le jour d’après. Il termina son café et jeta le gobelet dans une poubelle. Il allait allumer un cigarillo lorsque, soudainement, la chance lui fit signe.

Devant lui, à quelques mètres, un individu assis lui tournait le dos. Tout de blanc, cheveux compris, il se fondait tellement dans le paysage que Creiseau ne l’avait pas vu, jusqu’à ce qu’il expire un grand nuage de vapeur. L’allemand rangea discrètement son briquet-tempête dans sa poche intérieure et se rapprocha. «Décoloré ou albinos ?», se demanda-t-il en son for intérieur. Il allait bientôt le savoir.

Bonsoir, lança-t-il aimablement en anglais, auriez-vous du feu ?
Corenzo
¤Guardiano della Fulmine¤
Humeur noire
avatar
Masculin
Citation : «Citation»
RP en Cours : Avec Detaro, Artémis, Noah et… vous?
Double Compte : Nyet ?

Fiche de Personnage
Flamme(s): Foudre (A)
Réserve de Flamme:
600000/600000  (600000/600000)
Réputation:
10/100  (10/100)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 26 Déc 2017 - 14:34

La solitude d’un soir de décembre

L

e silence se brisa, par des pas et une voix d’homme.
Avachit sur son banc, Noah était presqu’étonné et déçu. Il pensait être indétectable dans ce paysage enneigé, mais apparemment ça n’était pas le cas. Dommage~

Il mit un petit temps avant de comprendre la question de l’autre. Il devait bien être un peu fatigué finalement, son temps de réaction laissait à désirer. Bref, de l’anglais donc ? L’homme était un étranger, avec une large carrure selon les bruits des pas qu’il avait fait dans la neige. Hm… Noah se força à réfléchir deux secondes. Il trouvait cela étrange, vraiment.

Que faisait un étranger dans la ville à deux heures du matin ? Enfin… il se posait cette question, mais ça n’était pas ses affaires non plus. Et puis, si quelque chose arrivait, son épée était toujours à portée de main.

Il se décida à ouvrir un œil, et scruta son interlocuteur. Un sourit amical fendit ses lèvres.

« Nan , répondit-il dans le langage de Shakespeare, mais si je peux vous donner un conseil, fumer n’est pas une très bonne chose. »

Il farfouilla quelques instants dans sa pochette et y sortit deux sucettes enveloppées dans un paquet orange pétant qu’il considéra quelques instants. S’il s’en rappelait bien elles étaient goût agrume. Mais bon, puisqu’il n’avait pas lu attentivement l’emballage avant de les mettre dans son sac, il n’en était pas sûr. Puis, dans un geste vif, il en lança une vers son interlocuteur.

« Ceci est une meilleure drogue si vous voulez mon avis. »

L’accieri se redressa sur le banc public et ouvrit la sienne, qu’il croqua ensuite. Un délicieux arôme d’orange sucrée et douce se répandit. Ah, ce qu’il aimait les friandises !

« Au fait, que faites-vous ici ? »


Accieri
~Mechanicien~
Le Magicien
avatar
Masculin
Citation : "Les hommes meurent et ils ne sont pas heureux."
RP en Cours : 1
Double Compte : Artémis Uccellonero [B+, Ciel]

Fiche de Personnage
Flamme(s): Aucune
Réserve de Flamme:
500/500  (500/500)
Réputation:
10/0  (10/0)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 31 Déc 2017 - 16:22
Creiseau eût la sensation, à la seconde à laquelle il acheva de prononcer son amorce, qu’il était tombé sur le bon poisson, sans vraiment pouvoir mettre ni raison, ni logique, derrière ce sentiment. L’individu ne répondit pas tout de suite, laissant planer un étrange silence dans l’atmosphère cotonneuse, qui s’étira et s’allongea pendant un temps qui sembla interminable au Corenzo, plus habitué à l’action.

L’inconnu ouvrit l’œil qui n’était pas caché par sa mèche de cheveux neige. Sa pupille écarlate le détailla et un sourire naquît sur ses lèvres fines. «Albinos, donc.», nota l’allemand. Il nota également que la condition lui avait plutôt bien réussi et qu’il avait de l’embrasser complètement, au vu de la manière dont il s’habillait.

Nan, répondit familièrement le jeune homme pâle, mais si je peux vous donner un conseil, fumer n’est pas une très bonne chose.

Cette réflexion fit lever un sourcil au gardien et lui tira un sourire amusé. On ne lui faisait très souvent des remarques, au vu de son rang. La franchise des gens lui manquait. L’inconnu plongea la main dans sa besace ; Creiseau serra le poing où trônait sa bague, prêt à riposter. Deux sucettes orange firent leur apparition. Le Corenzo se détendit.

L’individu regarda les friandises pendant un moment, l’air indéchiffrable.

Ceci est une meilleure drogue si vous voulez mon avis, lui lança-t-il avec la sucette.

Creiseau attrapa le bonbon de sa main gantée et rangea son cigarillo de l’autre.

Soit, se résigna-t-il, amusé, je vous fais confiance, répondit l’allemand en ôtant l’emballage.

L’homme se redressa sur son banc, ce que l’allemand prit comme une invitation à s’y installer. Il s’assit lourdement, faisant même tomber un peu de neige de l’accoudoir le plus proche de lui. Il suivit son interlocuteur et croqua dans le bonbon, découvrant avec plaisir qu’elle était à l’orange.

Au fait, que faites-vous ici ?, lui demanda son compagnon de sucrerie, à côté de lui.

«Je cherche un tas d’enfoirés pour les étriper» pensa l’allemand, agressivement.

Je visite !, lui répondit l’allemand amicalement. J’ai décidé de faire le tour de l’Europe avec mes économies et me voilà ici ! Je m’appelle Franz Ehrlich, continua-t-il en tendant sa main droite à l’individu, enchanté !

Il remercia la puissance supérieure qui l’avait fait naître gaucher, car il avait oublié de retirer son anneau.
Corenzo
¤Guardiano della Fulmine¤
Humeur noire
avatar
Masculin
Citation : «Citation»
RP en Cours : Avec Detaro, Artémis, Noah et… vous?
Double Compte : Nyet ?

Fiche de Personnage
Flamme(s): Foudre (A)
Réserve de Flamme:
600000/600000  (600000/600000)
Réputation:
10/100  (10/100)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 22 Fév 2018 - 19:49

Solitude d’un soir de décembre

E

n fin de compte, la présence de cet individu était dérangeante, comme un mauvais acteur dans une pièce de théâtre. Noah se raidit inconsciemment et se mit en alerte. Pourquoi cet effet ? Tout simplement parce qu’un simple touriste ne visiterait pas les rues à cette heure-là. Encore si les avenues étaient animées, il comprendrait sa présence, de même que si ç’aurait été un ivrogne sortant d’un bar. Mais là, ce Franz lui paraissait plus que clean et bien éveillé. Un couche-tard ? Possible, néanmoins il était presque sûr que ceux-ci préféraient le silence aux conversations.

Pour éviter de passer suspect, Noah serra la main de l’Allemand, nullement dérangé par le fait qu’il lui présenta sa main gauche et non la droite. Il prit un ton tout aussi amical pour se présenter.

« Enchanté, je suis Merlin Dubreuil. Alors, monsieur Ehrlich, que pensez-vous de la France ? Un formidable pays n’est-ce-pas ? »

Il marqua une pause, étant incertain de l’attitude qu’il fallait prendre. Alors il prit juste un air malicieux.

« Néanmoins, la nuit ne me parait pas un bon moment pour visiter. Vous ratez toute l’animation des rues ! »

Peut-être pouvait-il juste s’éclipser. Faire semblant de recevoir un appel, qui se révèlerait important, s’excuser et partir. Et faire quelques détours pour être sûr de ne pas être suivit. Oui, Noah était quelque peu trop vigilant, mais c’était pour une bonne cause. Non pas spécialement pour protéger sa famille et son boss, mais il appréciait son travail. Le perdre serait embêtant.
Que faire ?

Il croqua dans sa sucette. Il savait. Il allait juste continuer la conversation, jusqu’à ce qu’il soit fatigué. Ensuite, il rentrerait.



...:
 
Accieri
~Mechanicien~
Le Magicien
avatar
Masculin
Citation : "Les hommes meurent et ils ne sont pas heureux."
RP en Cours : 1
Double Compte : Artémis Uccellonero [B+, Ciel]

Fiche de Personnage
Flamme(s): Aucune
Réserve de Flamme:
500/500  (500/500)
Réputation:
10/0  (10/0)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 15 Mar 2018 - 20:35
Creiseau profita de leur poignée pour enlever discrètement son anneau et le placer dans sa paume. Il sentit la chaleur du corps de l’inconnu au travers de son gant de cuir.

Enchanté, je suis Merlin Dubreuil, répondit ce dernier. Alors, monsieur Ehrlich, que pensez-vous de la France ? Un formidable pays n’est-ce-pas ?

L’allemand lâcha sa main et ôta la friandise de sa bouche pour la contempler. Son regard dériva sur le paysage qui s’offrait, devant lui, puis sur le ciel obscur. Quelques étoiles luisaient timidement.

Même ciel, même neige, répondit le Corenzo en regardant, de nouveaux flocons rejoindre les précédents. Mais l’esprit y est différent. L’architecture, aussi.

Néanmoins, la nuit ne me parait pas un bon moment pour visiter. Vous ratez toute l’animation des rues !, rajouta Merlin avec une pointe de malice audible.

Le sourire du gardien s’accentua. Sans quitter le ciel du regard, il changea la sucette de côté, dans sa bouche, en acquiesçant de la tête. Ce n’était pas l’animation des rues qu’il cherchait en venant ici, justement, mais celle des souterrains. Il voulait entendre les rumeurs, les aveux, les bris d’os.

Creiseau jugea que son interlocuteur, d’après son timbre de voix, en était conscient. Le français abattait ses cartes rapidement. Il semblait confiant, nullement stressé par la présence d’un inconnu. Sans doute parce qu’il était sur son territoire. Peut-être, aussi, était-il sûr de ses habiletés. Voulait-il se battre ?

Peut-être, répondit le gardien en balayant les environs de son regard acéré. J’aime bien cette ambiance, continua-t-il en plantant son regard dans celui de Merlin, sans se départir de son sourire. Cela m’évoque le calme avant la tempête, acheva-t-il en cassant son bonbon en guise de ponctuation orale.

Bras grands ouverts, appuyés sur le dossier du banc, l’allemand fixait le français intensément, brisant le silence et le sucre de ses dents. Lentement.

«Décidément, les longues investigations ne sont pas mon fort», pensa gardien.
Corenzo
¤Guardiano della Fulmine¤
Humeur noire
avatar
Masculin
Citation : «Citation»
RP en Cours : Avec Detaro, Artémis, Noah et… vous?
Double Compte : Nyet ?

Fiche de Personnage
Flamme(s): Foudre (A)
Réserve de Flamme:
600000/600000  (600000/600000)
Réputation:
10/100  (10/100)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 4 Oct 2018 - 19:56

La solitude d’un soir de décembre

L'
Accieri se demanda un instant s'il n'était pas maudit.
Il n'était pas croyant, pour lui la religion était un concept très irrationnel, mais en cet instant il vint à se demander quelle divinité il avait pu bien se mettre à dos pour tomber dans des situations dangereuses dans un intervalle de temps aussi rapproché. Il venait à peine de rentrer de ses vacances pleines de rebondissement dans le Néo qu'il tombait déjà sur un homme qui voulait très clairement quelque chose. Par quelque chose, il entendait se battre, pour une raison qui échappait à l'albinos. Il pouvait le déduire sur le comportement de l'allemand. Dire que pour une fois, Noajh n'avait rien fait. Il n'avait rien provoqué. Rien du tout.  Alors pourquoi les problèmes lui tombaient dessus? Il n'était qu'un mécanicien. Certes, il travaillait pour une famille mafieuse, et savait se battre, mais il ne restait qu'un mec aimant la compagnie des ordinateurs et des machines. Était-ce si compliqué à comprendre? Un instant, il se crû être le héros d'une tragédie avec de telles interrogations destinées aux dieux de la pièce. C'était stupide.

Alors, pour éviter que la situation ne dérape et qu'il ne soit forcé de se battre, il le regarda, sans comprendre. Le regard intense de son interlocuteur le mettait mal à l'aise. Noah avait l'impression que, même étant un excellent menteur, le dénommé Franz pourrait voir à travers son jeu d'acteur. C'était perturbant.  "Le calme avant la tempête? De quelle tempête parlez-vous?" Il savait très bien de quelle tempête il s'agissait. Il savait aussi que si il ne faisait rien, elle allait s'abattre d'un moment un autre sur sa tête. Ce qui était impensable pour le moment. Il venait tout juste de retrouver Achile. Il ne souhaitait pas encore le perdre.

"Dites, je sais que nos bières ne valent pas les vôtres, mais ça vous dirait d'aller en boire une? "


Accieri
~Mechanicien~
Le Magicien
avatar
Masculin
Citation : "Les hommes meurent et ils ne sont pas heureux."
RP en Cours : 1
Double Compte : Artémis Uccellonero [B+, Ciel]

Fiche de Personnage
Flamme(s): Aucune
Réserve de Flamme:
500/500  (500/500)
Réputation:
10/0  (10/0)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 10 Oct 2018 - 9:42
Le sourire féroce de Creiseau s’accentua lorsqu’il vit la cuirasse de son interlocuteur se fissurer ; son assurance, visiblement factice, avait volé en éclats en même temps que la sucette de l’allemand. Lequel s’était d’ailleurs fait mal aux dents, sans rien laisser paraître. Merlin, semblait vraiment décontenancé par ses allusions guerrière à peine voilées. Il ne semblait pas comprendre les raisons de l’assurance du Corenzo.

Ce dernier jubilait. Il avait vraiment envie d’en découdre. Son instinct l’avait mené vers Artémis, puis Detaro, sans qu’il ait eu l’occasion dont il rêvait. Puis, lorsqu’il aurait pu satisfaire son envie de sse battre, lors de sa dernière mission, celle-ci s’était révélée morbide. Il n’avait qu’une envie, désormais ; plus que de trouver et traquer les responsables de la perte d’influence des Corenzo dans cette région, il avait envie d’en découdre.

L’écume pratiquement au lèvres, les muscles tendus et les mâchoires serrées à s’en faire péter les molaires, le gardien attendait la réponse de sa cible, prêt à dégainer. Il envisagea même de l'énucléer avec son bâton de sucette. Il était à deux doigts de bouter le feu à son anneau, lorsque son interlocuteur lui répondit :

Dites, je sais que nos bières ne valent pas les vôtres, mais ça vous dirait d'aller en boire une?

Creiseau s’attendait à beaucoup de réponses, mais pas à celle-là. Il répéta deux fois la phrase dans sa tête, pour être sûr. Il hésita ensuite un instant à lui sauter tout de même à la gorge, tel une bête fauve. Mais il renonça, préférant attendre le casus belli. Et puis, il aura toujours l’occasion de se battre, même après quelque bières, d’autant que le français ne devait pas tenir aussi bien l’alcool que lui. Il soupira et se détendit.

Ça me va ! Vous allez pouvoir me faire déguster de bons crus locaux, fit-il en se levant.

Il ôta le vestige de confiserie de sa bouche et l’envoya dans la poubelle la plus proche. Puis il mit ses mains, ainsi que son anneau, dans les poches de son jean. Ses boîtes étaient remisées dans son holster d’aisselle, caché sous sa veste. Il regarda Merlin avec un sourire avenant. Mais intérieurement, il savait. Il savait que la bataille d’alcool allait commencer !

Où est-ce qu’on va ?
Corenzo
¤Guardiano della Fulmine¤
Humeur noire
avatar
Masculin
Citation : «Citation»
RP en Cours : Avec Detaro, Artémis, Noah et… vous?
Double Compte : Nyet ?

Fiche de Personnage
Flamme(s): Foudre (A)
Réserve de Flamme:
600000/600000  (600000/600000)
Réputation:
10/100  (10/100)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Reborn RPG : A New Destiny :: # Néant # :: # Territoire des Accieri # :: Villes-
Votez !

_________

Recrutement Staff
Familles/Groupes
Statistiques
Missions
Flammes
Carte